Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Resource for Foreigners in Finland  
Ovi Bookshop - Free Ebook
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
Ovi Language
Ovi on Facebook
The Breast Cancer Site
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
Stop human trafficking
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
 Angela Merkel commemore, ou comment se faire reelire a  tout prix Angela Merkel commemore, ou comment se faire reelire a  tout prix
by Newropeans-Magazine
2009-09-09 08:49:58
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon
Angela Merkel, la "petite" mère, c'est ainsi que l'on parlait d'elle ce matin à la radio, certes un surnom dont elle a été affabulée depuis pas mal de temps. Femme à poigne, femme de consensus, petite mère sans doute à cause de sa poitrine généreuse qu'elle n'hésite pas à exhiber et on la verrait presque y accueillir les électeurs allemands orphelins de la politique.

C'est qu'elle se donne du mal Angela, parce que les élections de dimanche dernier dans trois Länder ne sont pas vraiment favorables à son parti, le CDU, et remettent fortement en cause une victoire aux prochaines échéances nationales (fin septembre), et une éventuelle coalition aux couleurs tout à fait libérales (CDU/FDP).

Oui elle se donne du mal Angela. Elle arpente le pays en pleine période de commémorations des 20 ans, de la chute du rideau de fer, du mur, et de la réunification de l'Allemagne, sans compter celles de la seconde guerre mondiale (qui pourraient se tenir tous les ans pour se souvenir des années 1938 à 1945...), çà en fait des cérémonies et des discours sur l'histoire et la démocratie qui permettent d'ignorer le présent et l'avenir sur lesquels pourtant devrait reposer tout enjeu électoral.
Elle fait tout pour faire oublier que l'Allemagne est en crise, tout pour faire oublier l'augmentation historique des taux de chomage accompagnés de la baisse des allocations en tous genres, tout pour faire oublier la faillite de l'état, de ses entreprises, l'affaire Opel/GM dans laquelle elle a été incapable de faire fléchir les américains, tout pour faire oublier les scandales financiers, les primes et surprimes, les parachutes dorés et les retraites aux Caraïbes des grands pontes de la finance, de l'économie, de l'industrie, tout pour faire oublier que l'Allemagne exporte aujourd'hui plus de salariés qu'elle n'intègre d'immigrés, tout pour faire oublier que ce sont en fait deux Allemagne qui se regardent en chien de faïence.
Enfin et surtout, elle fait tout pour faire oublier que l'Allemagne n'est plus, ni pacifiste (voir son engagement aux côtés des USA en Afghanistan, la proposition du service militaire), ni écologiste (voir son lancement effréné dans le nucléaire, les réouvertures de mines de charbon), ni sociale (voir tous les reculs sur les allocations, la grande inégalité entre les hommes et les femmes, l'émigration au grand galop alors qu'elle est déjà championne en déséquilibre démographique), qu'elle n'est plus ni critique ni son modèle alternatif (depuis la réunification, l'Allemagne n'a plus retrouvé les enjeux politiques, démocratiques et sociaux qui l'ont guidée pendant des décennies de guerre froide, elle s'est "normalisée", les coalitions successives et les enjeux électoraux ont fait le reste, en tuant le débat, tout comme en France l'"ouverture" à gauche et à droite de l'UMP (futur parti unique?) empêche tout débat d'opinions, d'opposition).

Alors Angela Merkel, pour faire oublier tout cela, pour faire oublier que son premier rôle, en tant que Chancelière est tout de même de définir la politique gouvernementale, de mener cette politique gouvernementale, et d'en tirer toutes les responsabilités dans leur mise en oeuvre et dans leur échec, se la joue "petite mère" des Allemagne, et court de cérémonie en cérémonie, occupe les estrades et les médias en s'incarnant dans de grands discours et dans un rôle qui n'est pas être le sien (l'Allemagne est dotée d'un Président de la République fédérale, Horst Köhler, dont le rôle en tant que chef de l'État, et d'assurer par son action et ses apparitions en public la visibilité de l'État, c'est-à-dire son existence, sa légitimité, sa légalité et son unité...).
C'est que Angela Merkel commémore. Tout faire pour être réélue, quitte à l'hypocrisie flagrante, mais au moins sur les discours et sur son passé de jeune militante de l'Est ne sera-t-elle pas jugée, au contraire on ne peut que s'attendrir sur ses souvenirs (elle a d'ailleurs bien compris qu'il était temps de récrire son histoire), et puis en temps de crise vous comprenez on ne peut rien maîtriser... le pire c'est qu'il semble que les citoyens allemands la croient: 62% d'intention de vote! Manipulations des chiffres? Dernières tentatives d'influencer les électeurs à 3 semaines des élections?

C'est que les citoyens ont la mémoire courte, alors il faut leur remémorer l'histoire.
D'abord une petite bio, çà ne fait pas de mal pour redorer son blason, et en cette période il faut bien rappeler aux électeurs que leur chancelière est la première issue de cette Allemagne retrouvée, et que sa légitimité repose effectivement sur son passé d'"Ossi"...
Ensuite on se tait sur le fait que les mesures actuellement en cours (enfin ce qu'il en reste) ne sont pas du fait de son gouvernement mais du gouvernement précédent (Schröder) et que la politique dans tout ce qu'elle a encore de sociale surfe donc sur des réformes pour lesquelles elle n'y est pour rien, si ce n'est qu'elle a depuis grignoté sur pas mal de points...
Et puis on se lamente sur cette crise, qu'on n'a pas vu venir, malgré différentes alertes expertes, et qu'on se demande alors à quoi sert un leader politique si'l n'est ni capable de prendre les mesures nécessaires immédiates (au lieu de tergiverser et de permettre toujours aux mêmes de profiter pour se refaire les poches), ni d'anticiper pour éviter que la situation ne s'aggrave et pèse sur la société...
Enfin, ne jamais s'appesantir sur tout ce qui pourrait être mauvais pour l'image démocratique: le conseil constitutionnel a remis en cause le Traité de Lisbonne? enterrons l'affaire, laissons passer le temps, pas de déclaration contradictoire, pas d'énervement... La tactique inverse de Sarkozy d'ailleurs, qui lui réagit par opération coup de poings... Juste de grands discours sans polémique qui contentent tout le monde, mais qui n 'indiquent nullement quelle va être la ligne du parti, s'il en a une d'ailleurs, mis à part le libéralisme à tout va. Justement éviter d'entrer dans de grands débats de ligne politique, parce que le parti n'a aucune ligne politique, Mme Merkel non plus et pire elle s'en fiche, son parti aussi, l'essentiel reste de gagner les élections.
Les électeurs et leur desiderata? Mais qu'est ce qu'ils veulent ces gens-là? Ils n'appartiennent ni au monde financier, industriel et économique qui tiennent et tirent les ficelles du monde politique, ils ne font pas partie de cette clique d'influenceurs qu'il faut contenter à tout prix pour éviter de sombrer dans les urnes. La déconnexion n'a jamais été plus grande, alors il faudra à Mme Merkel autre chose que le titre de "petite mère". Du reste, les petits parents des peuples ont toujours été des tyrans démago...

Marianne Ranke-Cormier
Paris-Arriach (France-Autriche)

 


   
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi