Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Oxterweb  
Ovi Bookshop - Free Ebook
Join Ovi in Facebook
Ovi Language
Books by Avgi Meleti
Stop violence against women
Murray Hunter: Opportunity, Strategy and Entrepreneurship
International Red Cross and Red Crescent Movement
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
Belgique, des newropeans qui s'ignorent Belgique, des newropeans qui s'ignorent
by Newropeans-Magazine
2008-07-30 08:59:14
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

Courrier Internartional (22/07/2008) - Le quotidien La Vanguardia voit dans les événements en Belgique plus qu'une simple crise nationale gouvernementale. Il estime qu'une partie de l'avenir de l'Europe se joue aussi lors des difficiles négociations entre les différents groupes nationaux : "En Belgique, une partie d'échecs est en cours, dans laquelle tous les [pions] blancs ne sont pas nécessairement flamands et tous les noirs ne sont pas wallons. L'échiquier, Bruxelles, joue un rôle central dans le conflit que le Roi Albert II a réussi à prolonger jusqu'en automne en refusant la démission du Premier ministre Yves Leterme. ? Ce que l'on ne voit pas sur l'échiquier, c'est la Belgique. ... Dans cet héritage d'un passé germanique et romain, dans lequel la première partie s'élève économiquement et la seconde s'effondre, ce n'est pas uniquement l'avenir de la Belgique qui se décide. Il est aussi en grande partie question de la quintessence de l'Europe. Il s'agit bien de trouver une manière de vivre ensemble qui compose avec les changements qu'apportent les temps nouveaux." 

Une analyse qui avait été développée par le Newropeans-Magazine dans son éditorial du 29/10/2007 que nous vous proposons de relire ci-dessous:

Image

29/10/2007 - La crise de la gouvernance belge n'est que le reflet de la montée des crises latentes qui nous attendent dans toute l'Europe: séparatisme, régionalisme exacerbé, populisme... Une autre dimension serait-elle possible ?

Depuis près de quatre mois l'Europe suit avec un certain amusement les péripéties de nos voisins Belges à la recherche d'un nouveau gouvernement. Avec amusement, car pour les européens, et non seulement pour les Français, tout ce qui vient de Belgique pourrait prêter à rire.

Cependant, cette situation n'est pas si drôle que cela, car elle est la parfaite illustration de ce qui nous attend dans les années à venir tant au niveau national qu'au niveau européen.

Au niveau national, parce qu'elle est l'expression même des régionalismes exacérbés et aigris de nos différentes régions, pré-existantes ou dont la subite révélation identitaire est la création du processus d'européanisation, cher aux fédéralistes européens de tous poils, qui n'a jamais trouvé meilleur support que dans la quête des particularismes régionaux. Cette identité régionale, qui repose soit sur des fondements historiques, culturels, linguistiques, soit sur une surenchère européenne, est bien sûr le berceau des leaders populistes en quête de pouvoir et de légitimité, appelés à jouer avec, non pas les sentiments, mais les ressentiments.

C'est véritablement l'impression que j'ai eu en écoutant Jean-Luc Dehaene, ancien Premier ministre belge et flamand, mais flamand avant tout, lorsqu'il parle de "frustration", d'"humiliation", de "réparation", de "revanche"... tant de haine dans ce discours.

Certes il n'a pas tort, car la communauté francophone forte de son Bruxelles, le nombril du monde bien pensant européen, a dédaigné avec hauteur cette Belgique flamande des faubourgs.

Mais Dehaene est mauvais apôtre. N'a-t-il pas lui même joué dans cette cour élitiste ? Qu'en a-t-il fait véritablement ?

Alors, quand il tient de tels discours, quelle est son ambition ? Celle des Flamands ? Des Belges ? Ou la sienne ?

Le débat n'est pas différent de ce qui se passe en Grande-Bretagne, dont l'Ecosse vient également de se trouver une véritable légitimité à entreprendre sa grande croisade de l'indépendance, ou encore en Espagne, comment voudriez-vous parvenir à faire accepter le poids de la centralisation étatique, alors que d'un côté on reconnaît, y compris au niveau européen, l'autonomie régionale de la Catalogne, justement celle que l'on refuse au Pays basque ?

Et que penser du Kosovo ? L'Europe, mais surtout ses dirigeants confrontés eux-mêmes à ces nouveaux processus de divisions intrinsèques, devraient réflechir avant de suivre Washington sur le chemin de la création d'un Kosovo indépendant[1]. Tous les petits chefs de nos régions d'Europe, prêtes à basculer, ou qui ont déjà basculé comme la Carinthie, menée par Haider, n'attendent que cela. Ce qui sera décidé aujourd'hui pour les Kosovars sera revendiqué demain par toutes ces régions où des "petits chefs" rêvent de devenir grands et de marquer les pages de l'Histoire. Car ce à quoi nous assistons en Belgique ce n'est pas de la démocratie, c'est la tentative de prise de pouvoir de "petits chefs régionaux" qui rêvent de devenir "grands chefs nationaux" et qui se lancent des ultimatums comme des déclarations de guerre.

Comment en est-on arrivé à ce point là en Belgique ? Personne pour se lever et donner à la Belgique une autre direction ?

Ce qu'il manque à la Belgique ce ne sont pas les identités régionales, mais une gouvernance trans-belge, tout comme au niveau européen il manque une expression trans-européenne. A côté des partis politiques traditionnels, un nouveau mouvement politique qui viendrait défendre ce que les citoyens belges ont en commun.

A quand donc ce parti trans-belge, qui ne serait pas l'expression indentitaire d'une région ou d'une autre, mais celle de l'expression des citoyens de Belgique.

Les belges seraient-ils newropeans qui s'ignorent ? 

Marianne Ranke-Cormier 
Paris-Arriach (France-Autriche)

  
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(1)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

Emanuel Paparella2008-07-30 09:53:29
La Belgique est en fait un microcosme de l'UE. En Italie ils ont fait une union et alors ses architectes ont proclamé : maintenant que nous avons fait l'Italie nous devons faire les Italiens. En Europe ils ont fait une union et maintenant que l'Europe a été faite nous devons faire l'Européen. Mais l'Européen doit d'abord apprécier sa culture régionale afin d'appartenir à une plus grande identité. Et cette identité ne peut pas être merele établi sur des jeux de football.


© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi