Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Oxterweb  
Ovi Bookshop - Free Ebook
worldwide creative inspiration
Ovi Language
George Kalatzis - A Family Story 1924-1967
Stop violence against women
Murray Hunter: Opportunity, Strategy and Entrepreneurship
Stop human trafficking
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
Grece: mobilisation de la rue contre la reforme du regime des retraites Grece: mobilisation de la rue contre la reforme du regime des retraites
by Newropeans-Magazine
2007-12-18 09:22:51
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

Devant les initiatives de Costas Karamanlis, le Premier ministre grec, qui souhaite réformer rapidement le régime des retraites, la société grecque se mobilise. D’importantes manifestations sont prévues le mercredi 12 décembre, notamment à Athènes. Pour l’instant, le gouvernement ne semble pas disposé à fléchir et affirme qu’il mènera ces réformes à leur terme.

La question du régime des retraites suscite de vifs débats au Parlement d’Athènes. Et sur la place publique, les discordes et les tensions sociales s’accentuent au fil des jours. S’ajoute à ce mécontentement général la crise de la compagnie nationale grecque, Olympic airways. Une grande manifestation est même prévue mercredi 12 décembre, notamment à Athènes.

Le gouvernement de Costas Karamanlis est encore mis à l’épreuve. Il craint que cette manifestation ne prenne des allures de soulèvement populaire. Ces blocages pourraient conduire à une paralysie de l’économie du pays...

Des tensions sociales de plus en plus vives sont perceptibles dans la capitale grecque, et elles pourraient se concentrer mercredi 12 décembre. L’annonce de cette manifestation a fait l’effet d’une bombe pour le gouvernement, et des sondages (non publiés) montrent que celui-ci est à son niveau le plus bas depuis quatre ans.

Les indices de confiance lui sont fort peu favorables et il est aujourd’hui dans une position délicate. Cette situation révèle que les citoyens grecs doutent de l’action du gouvernement, dans la mesure où ils n’estiment pas que ce dernier ait étudié tous les aspects de la question avant de réduire les droits des retraites.

Lors de sa dernière déclaration, le Premier ministre, Costas Karamanlis a réaffirmé sa position : il mènera son programme de réformes jusqu’au bout. Il est par ailleurs soutenu par des ministres tels que Giorgos Souflias [1], Dora Bakoyannis [2], ou encore Théodoros Roussopoulos [3].

L’argumentation du gouvernement s’appuie sur deux points principaux :

→ En faisant le choix de s’attaquer au régime des retraites, le gouvernement affirme vouloir réduire la dette publique, « dans le but d’épargner la génération à venir », a déclaré un des ministres, proche de Costas Karamanlis, à Eleftherotypia.

→ Selon lui, les citoyens doivent comprendre que Costas Karamanlis ne cache pas les problèmes au pays ; bien au contraire, il cherche à les résoudre.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré à la presse que « soit on casse le système maintenant, soit on perd la main, comme ces quatre dernières années où le gouvernement avait tenté d’affronter les vrais problèmes [4]. Certains nous ont demandé de faire marche arrière ». Il ajoute : « A un moment donné, vient l’heure de vérité (...). Ce gouvernement va se fourvoyer s’il ne continue pas sur cette voie, les conditions sociales actuelles nous l’imposent (...). Nous devons assumer nos responsabilités. De toute manière, nous ne sommes que de passage au pouvoir. Le gouvernement ne s’attaque pas au problème des retraites par masochisme. Il faut aussi régler l’affaire Olympic airways [5]. Pour que les mesures aboutissent, il faut que ces problèmes deviennent une priorité. La société grecque veut de l’audace de la part de ses politiciens et il en existe au sein du gouvernement. Nous avons du courage, de la volonté et le soutien du Premier ministre pour aller de l’avant. Sinon, dans cinq ans - les chiffres sont implacables - nous ne pourrons plus donner aux salariés, aux assurés, aux retraités ce dont ils ont besoin ».

Au contraire, les cadres de la droite populaire sont immobiles. Ils demandent des mesures plus souples pour réformer le régime des retraites et régler l’affaire Olympic airways :

1. Ils considèrent que les citoyens ressentent constamment une pression trop importante. Le tissu social en danger peut se déchirer : la hausse des prix a atteint son paroxysme, et la réforme du régime des retraites favorise la misère des citoyens les lus en difficulté. Les franges les plus démunies de la société sont épuisées.

2. Le gouvernement et le Premier ministre ont perdu toute crédibilité au regard de leurs précédents reculs (les mesures concernant la diminution des retraites, l’augmentation de l’âge de départ à la retraite, et la hausse des cotisations). « Pourquoi avez-vous caché vos intentions avant les élections ? », nous demandent les électeurs. « Ils nous accusent de les avoir trompés » a répondu un cadre du gouvernement, mais « que peut-on leur dire puisqu’ils ont raison ? »

3. De plus, ils estiment que l’orientation ultra-libérale choisie par le gouvernement va renforcer le Laos et donnera un coup fatal à la Nouvelle démocratie.

« Nous assumons nos responsabilités, mais cela a un prix car nous souhaitons être utile à la société », a déclaré Lefteris Zagoritis [6] lors du séminaire du parti de la Jeunesse de la Nouvelle démocratie (ONNED), à Ioannina hier.

« Il aurait été plus facile pour nous de prendre en charge la discussion et de ne pas avoir à rendre des comptes. Nous avons choisi le chemin le plus difficile, celui de la cohérence, tout en favorisant le dialogue. Si nous n’avançons pas maintenant, même dans les prochaines années, il sera trop tard. Le régime des retraites risque de s’effondrer ».

Eleftherotypia
Traduit par Anna Theodorides - Courrier des Balkans


[1] Ministre de l’Environnement, de l’aménagement du territoire et des travaux publics, depuis le 19 septembre 2007.
[2] le 15 février 2006, Dora Makoyannis est ministre des Affaires étrangères. Ses fonctions ont été reconduites le 19 septembre 2007. Elle est la première femme à être élue maire d’Athènes, remportant le meilleur score jamais obtenu le 20 octobre 2002 (soit 60,6% des suffrages).
[3] Avant d’être nommé ministre chargé des questions de la presse en septembre 2007, Theodoros Roussopoulos était journaliste au quotidien Eleftherotypia et rédacteur politique pour le journal Eleftherotypia tis Kyriakis (La presse libre du dimanche ). Depuis 2000, il est le porte parole de la Nouvelle démocratie et celui du gouvernement depuis 2004.
[4] La tentative de réforme des retraites s’est soldée par deux grandes grèves générales, les 26 avril et 17 mai 2001. Le gouvernement avait reculé.
[5] Le ministre des Transports, Kostis Hadzidakis a déclaré au Parlement : « Le scénario alternatif est de fermer la compagnie et d’en ouvrir une nouvelle le lendemain, débarrassée de ses dettes ». Cette solution pourrait voir le jour en janvier 2008. La compagnie nationale grecque, Olympic airways, déjà lourdement endettée, est dans le collimateur de Bruxelles pour avoir indûment reçu des aides de l’Etat. Son avenir demeure hypothétique.
[6] Membre du Conseil de direction de la Nouvelle démocratie en 1994, Lefteris Zagoritis est devenu secrétaire du parti, remplaçant Evangelos Meimarakis en 2004. Considéré comme l’un des fondateurs du ONNED (parti de la jeunesse de la Nouvelle démocratie), il publie régulièrement dans la revue Demokratiki Protoporia (la démocratie d’avant garde).

 


   
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi