Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Status: Refugee - Is not a choice  
Ovi Bookshop - Free Ebook
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
Ovi Language
Murray Hunter: Essential Oils: Art, Agriculture, Science, Industry and Entrepreneurship
WordsPlease - Inspiring the young to learn
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
Stop human trafficking
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
Segolene Royal: Oops I Did It Again! Segolene Royal: Oops I Did It Again!
by Europe & Us
2007-02-03 10:32:21
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon
Après Ségolène Royal au Sénégal – jouant à l’institutrice face à quelques journalistes chahuteurs -, Ségolène en Belgique – snobant la presse internationale lors de son passage à la Commission européenne -, Ségolène au Liban – accompagnée d’un traducteur qui semblait visiblement tout savoir traduire sauf l’essentiel -, Ségolène à Strasbourg – cherchant, via son équipe de campagne, à empêcher la presse locale d’exercer son métier -, Ségolène en Chine –toute de blanc vêtue quand bien même cette couleur serait-elle signe de deuil dans ce pays -, Ségolène au pays de Second Life – et de la luxure trash -, voici Ségolène au pays des caribous, ou presque. Car le tour de force de la Dame aura cette fois consisté à créer une nouvelle mini crise diplomatique sans même avoir eu à poser le pied sur le sol Canadien – sol qu’elle n’a d’ailleurs jamais foulé, au moins pour sa partie québécoise.

europeus

L’air de rien, la chose n’était pas gagnée d’avance. Seul, en fait, y était parvenu ces derniers temps Arnaud Montebourg, porte-parole de la Dame, évincé par celle-ci un mois durant pour avoir tenu des propos déplacés à l’attention de son compagnon François Hollande. A cette époque, le «jeune» loup socialiste vociférait contre nos voisins suisses, ces méchants riches qui nous volent… nos riches. Aujourd’hui, plus de second couteau. Juste Royal, expliquant à un journaliste, en marge d’une visite parisienne d’André Boisclair, chef du Parti Québecois, que nos deux pays partageaient «des valeurs communes, c'est-à-dire la liberté et la souveraineté du Québec» (sic !). De quoi certes flatter Boisclair mais aussi de provoquer l’ire du gouvernement d’Ottawa…

La réponse de Stephen Harper, Premier ministre canadien, ne s’est d’ailleurs pas faite attendre : «L'expérience montre qu'il est fortement inapproprié pour un dirigeant étranger d'interférer dans les affaires démocratiques d'un autre pays, s’est-il empressé de rétorquer à distance. Nous envisageons de célébrer le 400e anniversaire de la fondation du Canada à Québec avec le prochain président de la France. (Et) nous espérons que (celui-ci) montrera une compréhension de notre histoire commune, et le respect pour le Canada et les Canadiens que ce partenariat requiert». Comprendre : prions pour que les Français n’élisent pas une présidente socialiste à la blondeur diplomatique de plus en plus notoire, sinon embarrassante… Ou alors, autant remplacer - au moins provisoirement - la Marseillaise par le célèbre «Oops, I did dit again» de Britney Spears… Au moins, on saurait à quoi s’attendre…

Bon, bien sûr, la chose aurait sans doute pu/dû faire sourire. Etre prise avec plus de légèreté. Mais Royal n’en démord pas. Confirme ses propos et en rajoute, quitte à souffler sur les braises au lieu de gentiment creuser un trou et d’y plonger la tête, au moins le temps que l’orage passe : «Ce n'est pas à la France de dicter aux Québécois ou aux Canadiens ce qu'ils doivent faire. Ce que j'ai dit, et ce que je confirme, c'est que dans toute démocratie, le peuple qui vote est libre et souverain. Donc le peuple du Québec décidera librement de son destin lorsque le temps viendra, s’il est consulté», ajoutait-elle mercredi. Cela tombe bien, les référendums ne manquent pas sur le sujet outre-Atlantique. Mais bon, sans doute ce petit détail lui aura-t-il aussi échappé… tout comme le fait que la relation des Québécois au Canada n’est peut-être pas assimilable à celle des Palestiniens vis-à-vis d’Israël pour qui sait lire entre les lignes… ou qu’un chef de l’Etat est amené à devenir le premier garant de l’image international du pays qu’il dirige.

Il y a peu encore, nul n’aurait imaginé qu’une personne plus ballotte que Lionel Jospin puisse se prendre plus encore les pieds dans les tapis diplomatiques que l’ancien premier ministre socialiste ne l’avait lui-même fait. C’était visiblement sans compter sans celle qui après avoir affiché ses distances avec Mitterrand en revendique aujourd’hui pleinement l’héritage, un certain talent en moins…

Mais sur le plan franco-français, les propos «royalistes» peuvent également surprendre. Non pas qu’on ne puisse se lier de sympathie pour la «cause» québécoise, mais transposés à l’échelle hexagonale, les propos de la Dame ne manqueraient certainement pas de faire quelque bruit au sein de son propre camp. Juste pour l’exemple, imaginez la réaction d’un Jean-Pierre Chevènement, chantre du souverainisme et de l’Etat unitaire, si Ségolène venait à déclarer sa flamme à la «liberté» des peuples corse, basque, breton ou alsacien, pour ne citer qu’eux. Le tout face à cette méchante France non respectueuse des identités «nationales» et non plus simplement «régionales». Certes Chevènement peut avoir un certain humour, mais aux limites toutefois bien définies.

Quid, également, si un chef d’Etat étranger venait à tenir un tel discours en France ? Royal applaudirait-elle des deux mains ou s’en offusquerait-elle ? Allez, histoire voir ce qu’en pense vraiment la candidate, une question en cas d’accession au poste suprême : Acceptera-t-elle, à l’instar de ce qui s’est fait en Allemagne, en Autriche, en Espagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni, que la France ratifie – enfin – ne serait-ce que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe. Non, parce qu’à ce moment-là, peut-être sera-t-elle en mesure de s’autoriser (seulement) quelques conseils à des Canadiens, pour la petite histoire, bien plus avancés que les Français eux-mêmes dans ce domaine…

Christophe Nonnenmacher est journaliste

(Taken from
www.europeus.org)

  
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(1)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

Afrique2008-03-21 20:39:56

Salut!

SEGO: "Vive le [PORTO RICO] libre" akin-moment at HARVARD UNIVERSITY (Etats-Unis)?

Did you see this amazing SEGOLENE ROYAL endorsement during her voyage to Harvard University ?

Will you comment about this in an article and/or in your website?

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2008/03/13/royal-attention-une-independance-peut-en-cacher-bien-d%e2%80%99autres-segolene-goes-to-harvard%e2%80%a6-and-calls-for-puerto-rico%e2%80%99s-independence/


© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi