Ovi -
we cover every issue
newsletterNewsletter
subscribeSubscribe
contactContact
searchSearch
Apopseis magazine  
Ovi Bookshop - Free Ebook
Tony Zuvela - Cartoons, Illustrations
Ovi Language
Michael R. Czinkota: As I See It...
Stop violence against women
Murray Hunter: Opportunity, Strategy and Entrepreneurship
Stop human trafficking
 
BBC News :   - 
iBite :   - 
GermanGreekEnglishSpanishFinnishFrenchItalianPortugueseSwedish
Rentrez a la maison, Suivez le mouvement !! Rentrez a la maison, Suivez le mouvement !!
by Dr. Anis H. Bajrektarevic
2013-08-04 13:08:34
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author
DeliciousRedditFacebookDigg! StumbleUpon

Rentrez à la maison, Suivez le mouvement !!
(Le McFB – Qu’est-ce que c‘est?)

Depuis quelques années, j’ai inventé l’expression «vivre comme McFB » et en particulier depuis mes intrigants articles sur Facebook (il y a une vie après Facebook I et II) soit publiés, j’ai été confronté plusieurs fois à des demandes pour clarifier le sens. Je répondais habituellement par une contre-question : Si les humains se questionnent presque jamais sur la fétichisation ou ne s’oppose pas à l’ (auto)banalisation, pourquoi cette brutalisassions est une surprise pour eux ?

Je ne prétends pas révéler une théorie cohérente. Ces lignes sont mes conclusions instructives, la majorité des réponses à la question : « pourquoi il est temps de rentrer à la maison » est la recherche d’un silence.
En s'appuyant largement sur
​​les œuvres des grands philosophes du classicisme allemand et matérialisme dialectique, c’est le sociologue Max Weber qui a été le premier, parmi les penseurs de l'âge moderne, à constater que le monde industrialisé connaît un rapide processus de rationalisation des institutions vitales de son état. Weber souligne que ce processus est caractérisé par une plus grande efficacité, la prévisibilité, la calculabilité, et le contrôle de toute «menace» d'incertitude. Par la présente, l'incertitude doit être comprise par rapport à la précognition historiquement instable et humaines cognitive, individuelle et collective, dynamique. Il prévient alors que la sur-rationalisation froide et calculatrice pourrait conduire à l'obscurité de l'irrationalité. Sa fameuse métaphore de « la cage de fer ou l’irrationalité du rationnel » se réfère à sa préoccupation qu'une institution extrêmement rationalisé (public) s'aliène et se déshumanise inévitablement. Ceux qui servent et ceux qu'ils servent, ainsi qu’une petite caste supérieure, des contrôleurs, perdent progressivement contact avec la réalité.

Revisiter, repenser et rajeunir la théorie de Weber (mais aussi celles de Sartre, Heidegger, Lukács, Lefebvre, Horkheimer, Marcuse et Bloch), C’est le sociologue américain George Ritzer qui postule pour que les institutions de la fin du 20e siècle soit rationalisées à un degré plus proche du «McDonaldized». Puisque les principes de l'industrie de la restauration rapide ont progressivement envahi d'autres segments de la société et même les aspects de la vie (la McDonaldization de la société, un livre controversé et très inspirant de la langue populaire, écrite en 1993).

Ainsi paraphrasé, Ritzer stipule que le[1] « McEfficiency » est obtenue par l'élimination systématique du temps inutile ou des efforts dans la poursuite d'un objectif. Alors que l'économie doit être compétitive, productive et juste-à-temps, la société doit être elle-aussi efficace. Correspondant à ceci, seule une société dont les formes et le contenu sont régis par des modèles d'affaires, dont la sociabilité fonctionne sur les principes du marketing est un régime politique optimisé avec succès. L'efficacité de la prime de travail (ou sur des aspects plus larges de la sociabilité) est réalisable en introduisant FW Taylor et la chaîne de montage de H. Ford dans les ressources humaines et leur activité intellectuelle (sorte de ligne d'assemblage intellectuelle). Même une exposition quotidienne moyenne des soi-disant journaux et gros titres sert un but instructif et directionnel plutôt que d'une information et d'exploration. Par conséquent, le « McEfficiency » solidifie le système et enlève toute spontanéité, digression, questionnement et expérimentation inutile.

La « McCalculability » est une tentative pour mesurer la qualité en termes de quantité, de sorte que la qualité devient secondaire, voire pas du tout un problème. Le secteur de l'informatique, ainsi que les moteurs de recherche et clubs cyber-sociaux, a considérablement contribué à l'importance croissante accordée à la calculabilité. Non seulement les chaînes de fast-food (1 milliard de repas, tout le monde servi en une minute), Google, Facebook, les télés réalités, etc, ainsi que les universités, les hôpitaux, les agences de voyages - tous fonctionnent sur une presque fétichisé et adoré, « le plus voté», «fréquenté», «plus populaire», une « magnifique », matrice. Il s'agit d'une prévisibilité qui nous assure mystiquement que le BigMac est toujours le meilleur repas que compte tenu de sa quantité, le meilleur livre est toujours un best-seller, et que la meilleure chanson est une chanson avec le plus de clics sur YouTube. L'un des transporteurs aériens les plus recherchés, AirAsia, a un slogan: « Tout le monde peut voler maintenant ». [2]  Dans le monde où tout le monde est armé avec des gadgets mobiles alimentés par le micro-contact, doux-écran et cri technologique à ajouter à la cacophonie bruyante (quantité, la taille, la fréquence, la durée et le volume est tout autre chose qui importe). Ainsi, un nombre, un chiffre pur devient le roi. Longue Yahoo, le roi! Beaucoup de mes élèves m'ont avoué que Google est pour eux plus qu'un moteur de recherche, qui fait que la « googalization » est une méthode bien domestiqué, qui remplace considérablement et fréquemment la sélection cognitive lors de la préparation de leurs travaux et examens. Ergonomiquement, au lieu de compléter, aller sur wikipedia remplace de plus en plus le processus de raisonnement humain.

[3] Le « McPredictability » est le facteur clé du processus de rationalisation de McDonalds. A l'échelle plus large, une société rationnelle (rationnellement optimisé) est celui dans lequel les gens savent bien à l'avance ce dont (et quand) ils doivent s’attendre. Par conséquent, la restauration rapide est toujours médiocre, il n’y a jamais un goût très mauvais ou très bon. Le paramètre de « McFood » est donc un monde de surprises sans la déception et la joie car ils sont considérablement absents. Les « McMeals » seront toujours faits avec la même préparation et le même contenu, ainsi que la tenue standardisée du personnel de service et leur approche personnalisée. En fin de compte, il ne s'agit pas de nourriture du tout. Ce qui rend McDonalds ainsi durablement populaire est la taille, le nombre et la prévisibilité. (Tous les trois sont proportionnelle et un lien de causalité objectivée et optimisés: un repas, quelqu’un sert et quelqu’un est servi, jusqu'à la localité et la substance de chacun des trois devient fluide, obsolète et hors de propos et qu’est-ce qui pourrait mieux représenter cette relativisation et cette banalisation qu'un clown, célèbre mascotte Ronald de McDonaldland). Dans un tel climat de prévisibilité ou pour mieux dire de séduction prédictive et la perte progressive de l'intégrité, de la culture de l'obéissance tacite (ignorance de soi-pertinence par la dépendance corrosive) est l'élevage, même sans tache. Par conséquent, plus de similitudes que de différences est le cœur de la question de la prévisibilité, aux deux extrémités: la demande (attente, possibilité) et l'offre (détermination, probabilité). Pas étonnant que même les pirates offrent seulement des manifestations routinières sous un seul uniforme, le masque des «anonymous».

[4]Le « McControl » représente le quatrième et dernier aspect wébérienne pour Ritzer. Traditionnellement (depuis l'âge de cognitivité), les humains sont l'élément le plus imprévisible, une variable pour les systèmes rationalisés, bureaucratiques, il est donc un impératif pour la « McOrganization » de garder le contrôle. Aujourd'hui, la technologie offre une variété de palliatifs et d’outils pour le contrôle effectif des employeurs (alimentation, la probabilité) et les clients (demande, possibilité), ainsi que pour contrôler les contrôleurs. Une auto-articulation, « OpinioNation » indigène, initiative spontanée et l'action sans contrainte est plutôt simulée, encore stimulé très rarement. Seulement une fois que le large éventail de possibilités est tranquillement rétréci vers le bas, un champ limité des probabilités apparaîtra si grand. À cette fin, les appareils informatiques sont très pratiques (pas cher, discret et invisible, mais omniprésente et très précis), car ils calculent, avant de décider, le canal et se déplace filtre, aussi bien qu'ils stockent et analysent les modèles de comportement avec leurs algorithmes sans cœur. (Le SOPA, PIPA et ACTA ou tout autre rendu réglementaire rigoureux à l'avenir ne constituent pas, mais ne confirme et complète sa nature même de cyber.)

Aidé par les instruments de l'efficacité, la calculabilité et la prévisibilité, la commande supprime (ou minimise tout impact grave) l'authenticité, la pensée autonome et indépendante jugement (non-consumériste). La profondeur et la fréquence des réflexions critiques et des actions humaines imprévisibles conduites par des conclusions inattendues sont rationalisée à un peu d'avance calculable, et donc tolérable. Environnement Hyper-rationalisée, frigide-exercé, ultra-efficace, prévisible et contrôlée souscrit aussi une pleine cohérence avec l'atmosphère socio-asymétrique et dysfonctionnelle emphatique des mécontents mais finalement sujets obéissants («guidé sans force», «incité sans but», "poked, tweeté & fleshmobbed pour le fun», «idiots utiles», «équiper la machine sociale sans friction»). Ainsi, ce qui est bien accueillie n'est pas un engagement, mais la conformité: une actualisation de soi à travers les défis d'exploration tandis que la consommation confirme. C’est la vénération de la nullité !

Ergonomique, le produit final de la « McSociety » est un instant très efficace, prévisible, calculée, standardisé, typé, unisson, routinier, addictive environnement, imitative et contrôlée qui est paradoxalement mystifié par le culte de la gloire. Les sujets d'une telle société sont fétichisation du système et de banaliser leurs propres contenus, lisses et des compromis passant presque inaperçue. Quand aidé par les informations technologiques de  masse, non sélective fréquentes et utilisation sévère dans le paysage d'immenses centres commerciaux[5] (enveloppée par une fièvre consumériste et pimenté par un nombre toujours plus cyber-névroses, troubles de la vue et psychosomatiques, et analphabétisme fonctionnel du mal informés, cyber-autiste et les personnes n'ayant pas l'âge et à peine âge égoïstes, tous causés par l '(in) flux constant de grappes d'alertes dépendance sur des banalités), c'est un environnement qui incarne tout ce que j'ai inventé comme le « vivre comme McFB ».

Il s'agit de l’habitat de la « cyber cage de fer »: un endroit brillant mais directionnel et instrumenté, égotiste et autiste, froid et brutal, incapable de vision, de l'empathie, de l'initiative ou action. Il ne fait qu'accélérer notre secteur avec une individualité et le reste. Si et alors oui, est-il une différence entre goulag et Goo (g) lag, comme les deux étant des prisons de l'esprit libre? Contrairement à la rhétorique établie; courage, la solidarité, la vision et l'initiative étaient beaucoup plus surveillée, restreint, stigmatisés et poursuivis que renforcée, soutenu et encouragé tout au long de l'histoire humaine, comme ils l'ont été traditionnellement perçus comme une menace pour l'ordre inauguré et ont contesté le statu quo de fonctionnement, provoquant des conscrits dogmatiques admis, annonce la conduite sociale acceptable, routinier, reconnu et prescrit. [6]

Développant un argument bien connu de la «modernisation défensive» de Fukuyama, il est à préciser que tout au long de l'histoire humaine un lecteur technologique visait à satisfaire l'objectif et le contrôle de sécurité, et il était rarement (voire pas du tout) entraînée par un désir d'agrandir la variable et de la facilité existence humaine ou pour améliorer l'émancipation humaine et la libération des sociétés au sens large. Ainsi, à moins d’opérationnalisé grâce au système, à la fois l’autonomie humaine, la maîtrise et le but ; les percées technologiques ont été traditionnellement ressentis et perçus comme une menace.

Par conséquent, tous les réseaux cyber-sociaux et moteurs de recherche connexes sont loin de ce qu'ils sont dépeints comme: une intelligence décentralisée mais unie, attiré par la gravité de la qualité plutôt que de naviguer par la force d'une localité spécifique. [7] En fait, ils servent principalement à la prévisibilité, l'efficacité, la calculabilité et le contrôle fin, et alors seulement, ils servent tout le reste, pour être par exemple conviviale et un service de masse attractif. Pour respecter les nouvelles dynamiques corrosives de la phénoménologie sociale entre fétichisation manipulatrice (probabilité) et l'auto-banalisation (possibilité), les plates-formes cyber-sociales, ces poubelles de l'empathie humaine dans les banlieues boueuses de la conscience, sont particulièrement intéressantes.

Facebook lui-même est un parfait exemple de la façon d'utiliser (pour simuler, au lieu de stimuler et d’empathie vivante) le contenu humain. Sa boîte à outils propose efficace, rationnelle et prévisible, propre, transparent, et le plus fascinant de tous, la réduction très convivial pratique de toutes les relations possibles entre deux individus: «ami», «non-ami». Il définit un langage universellement populaire, donc standardisé et simple que même une machine anonyme peut le comprendre - un code binaire: '1 '(ami) '0' (sans ami), [8] ou éventuellement '1 '(frère / sœur), '1 / 0 '(ami), '0' non-ami, seulement deux chiffres pour nourrir des calculs algorithmiques précis. Rappelez-vous, le numéro est le roi.  « Dieu est mort,  comme le sont les hommes. »

Que ce soit occupée ou assiégée, McDonalds maintiendra toujours son menu. Au lieu de cela, nous devrions enfin nous occuper de l’énorme piratage de Tweeter, cette pollution par le bruit de la foule dans et autour de nous. C'est un grand temps de remplacer le flux dis-conceptuel dans les rues d'une réflexion silencieuse à la maison.

Garcin Désolé, l'enfer n'est pas les autres. Diable sommes-nous!

Post Scriptum:

Dans son discours chargé d'émotion de Décembre 2011, le président Obama a ouvertement mis en garde les citoyens américains: «L'inégalité déforme notre démocratie. Il donne une voix hors normes pour les quelques personnes qui peuvent se permettre des lobbyistes à prix élevé (...) les Américains les plus riches paient les impôts les plus bas depuis un demi-siècle (...) Certains milliardaires ont un taux d'imposition aussi bas que 1%. Un pour cent! (...) Le marché libre n'a jamais été une licence libre de prendre ce que vous voulez à partir de celui que vous pouvez ... "

(The Oswatomie High School, Kansas, 06 Décembre 2011, Alors que la Maison Communique à la presse).

Deux mois avant ce discours, le Bureau du budget et très respecté bipartisan du Congrès américain (CBO) a publié ses propres «Tendances dans la répartition du revenu des ménages entre 1979 et 2007" étude (Octobre 2011). Le CBO estime que, entre 1979 et 2007, le revenu a augmenté de 275% pour le top 1% des ménages américains, augmentation de 65% pour le prochain 19% des ménages, une augmentation inférieure à 40% pour le segment suivant de ménages de les 60% suivant, et enfin seulement une augmentation de revenu de 18% pour le bas de 20% des ménages américains. Si l'on considère un taux d'inflation pour la période examinée de près de 30 ans, puis la croissance nominale se tournerait vers une augmentation négative des revenus réels de près de 80% des ménages américains, un seul chiffre l'augmentation réelle des revenus pour la partie supérieure 19% des ménages; et encore une croissance du revenu à trois chiffres pour le top 1% de la population.

Selon les compteurs des moteurs de recherche internet disponibles, cette étude CBO a été récupéré 74.000 fois depuis posté il ya environ 3 mois. Par souci de comparaison, un clip moyen de la petite fille de l'ultra-riche, milliardaire Conrad Hilton est cliqué sur YouTube plus de 31 millions de fois. Environ 3 millions d'Américains représenteraient le top 1% de sa population.

Qui sont les 99% restants, pardon les 28 millions de personnes, qui s'intéresse à ces clips  (avec des lignes obscures mais explicite: They can’t do this to me, I’m rich) de Miss Paris?

Souvenez-vous maintenant de ce que j'ai demandé au début de cet article: Si les humains se questionnent presque jamais sur la fétichisation ou ne s’oppose pas à l’ (auto)banalisation, pourquoi cette brutalisassions est une surprise pour eux ?

*************************************************

Anis H. Bajrektarevic, professor - Chairman Intl Law & Global Political Studies - Vienna, 12 JAN 12

 *************************************************

Traduction : Dehaussy Etienne

************************************************* 

Référence:

1. Weber, M. (1951), Économie et Société - Grandes lignes de sociologie interprétative (économie et société), Tübingen, JCB Mohr (Paul Siebeck)

2. Ritzer, G. (1993), Le McDonaldization de la société: Une enquête sur le caractère changeant de la vie sociale contemporaine, Thousand Oaks, CA: Pine Forge Press

3. Zappa, F.V. (1989), The Real Frank Zappa Book, Touchstone (édition 1999)

4. Schlitz, M. (1998), sur la conscience, la causalité et l'évolution, Journal de Parapsychologie (61: 185-96)

5. Fukuyama, F. (2002), Notre avenir Posthuman - Conséquences de la révolution biotechnologique, Profile Books, London (page: 126/232)

6. Bajrektarevic, A. (2004), L'éthique de l'environnement - Quatre ordres normatifs sociétales, des conférences / Étudiants lecteur, Vienne (IMC University Krems), en Autriche

7. Mumford, L. (1967), Technics et le développement humain - Mythe de la machine (Vol. 1), Houghton Mifflin Harcourt (Ed. 1971)

8. McTaggart, L. (2001), The Field, HarperCollins Publishers

 



[1]  Les professeurs d'université ont été récemment confronté à un long et fastidieux rapport semestrielle, où la partie centrale constitue la question 'entrée - sortie des enseignants des enseignants », comme si elles ne traitent pas avec les humains dans l'enseignement supérieur, mais la fabrication de pièces automobiles de rechange. Suivant les modèles dits commerciaux du monde de l'entreprise, la dernière tendance dans la plupart des institutions spécialisées des Nations Unies est la revendication visiblement «rotation du personnel» (comme s'il s'agissait de cultures, pas de personnes), ainsi que de noter sur les demandes d'emploi, près d'un avertissement, «nous ne sommes pas une organisation de carrière» - comme si par exemple l'OI OTICE, l'OMM et d'autres sont des chambres de passe-temps ou un bénévole les pompiers, pas sérieux entités dépendant de spécialistes de haute intégrité professionnelle et le profil profonde.

[2] Tout le monde peut voler maintenant ... et de s'inscrire dans une université. Même Ritzer - il ya près de deux décennies - a affirmé que nous vivons dans une ère de masse ou de l'enseignement supérieur McDonaldized, dans laquelle de nombreux étudiants fréquentent les universités en le voyant comme un ouvreur de carrière lucrative, non pas à cause d'une grande passion d'apprentissage. Donc, ce n'est pas une quête d'exploration des connaissances, mais surtout une calculatrice, le pragmatisme étroit ensemble comme une force motrice derrière elle. Pressé par les besoins du marché du travail de la société McDonaldized, les étudiants de l'enseignement supérieur sont donc de plus en plus obtiennent ce qu'ils veulent (les clients), pas de quoi ils ont besoin (comme aspirants intellectuelle).

[3] Largement cité pour demander: «Si vous voulez s'envoyer en l'air, aller au collège. Si vous voulez une éducation, aller à la bibliothèque », Frank Zappa - le Robespierre de la scène musicale américaine moderne - aussi l'habitude de dire:« La bêtise a un certain charme, l'ignorance n'est pas ".

[4] Tout système de tout organisme vivant sur ​​cette planète survit en fonctionnant grâce à la solidarité mécanique, une cohésion de groupe non-cognitive. Les premiers humains ne sont pas une exception à cette règle. Pour 1,9 à ​​2 millions d'années de notre histoire, la coutume de l'Homo sapiens pré-civilisationnel (ce qui représente le premier ordre normatif sociétal) était un acte de contrôle alliée à la coercition brutale d'un troupeau / bande sur le détournement, non respect individuel - la solidarité mécanique visant à la sécurité de groupe pour satisfaire les besoins de base - la survie.

[5]Centres commerciaux - ceux-ci verticalement érigé symboles de nos horizontalités - sont de plus en plus occupent centralité urbanistique et sociale de nos contenus civilisationnels. Ces paramètres sont climatisées et remplacent progressivement les axes traditionnels de sociabilité urbaine (comme édifices sacrés, des théâtres, des galeries, des opéras, des parcs publics, des salles de sport et autres). Ont assisté à la persistance et passion, ils apparaissent comme de nouveaux temples pour les croyants du XXIème siècle, qui vénèrent les dieux polythéistes de marché libre (avec les gadgets mobiles à mains levées, à la place des bougies sacrées, illuminant leurs visages fidèles). Le focalité fonctionnelle des centres commerciaux de nos jours est en constante transformation d'un large éventail de possibilités socio-culturelles dans une boîte de probabilités consuméristes addictives.

[6]Aegean, le théâtre de la Grèce antique était le lieu de révélations étonnantes et l'excellence intellectuelle - une densité et la proximité remarquable, pas dépassé jusqu'à notre époque. Tout ce que nous savons sur la science, la philosophie, les sports, les arts, la culture et le divertissement, les étoiles et la terre a été postulé, exploré et examiné puis et là. Simplement, il était une heure et le lieu du triomphe de la conscience humaine, pur raisonnement et la pensée mousseux. Toutefois, ni Euclide, Anaximandre, Héraclite, Hippocrate (à la fois de Chios et de Cos), Socrate, Archimède, Ptolémée, Démocrite, Platon, Pythagore, Diogène, Aristote, Empédocle, Conon, Eratosthène, ni aucun des dizaines d'autres brillante grec ancien esprits n'ont jamais référence par un mot, par une seule phrase à quelque chose qui était leur vie de tous les jours, quelque chose qu'ils ont vu littéralement à chaque coin le long de leurs vies entières. C'était un système immoral, injuste, notoirement brutal et oppressif esclavage qui a alimenté l'état antique. (. Slaves n'ont pas été encore attribué en tant qu'êtres humains, mais plutôt comme des «outils / outils phoniques capables de parler ') Cette myopie, cette absence de référence critique sur ce qui est évident et omniprésent est un message historique - très inquiétant, l'auto-narration et un bon avertissement.

[7]Les soi-disant Réseaux sociaux n'ont pas été introduits pour promouvoir et émanciper les autres cultures, mais pour maintenir et renforcer davantage la suprématie de la domination anglo-américaine.

[8]Une doctrine récente de la politique étrangère ressemblait à ceci: «Vous êtes avec nous ('1 ') ou contre nous ('0')".


     
Print - Comment - Send to a Friend - More from this Author

Comments(0)
Get it off your chest
Name:
Comment:
 (comments policy)

© Copyright CHAMELEON PROJECT Tmi 2005-2008  -  Sitemap  -  Add to favourites  -  Link to Ovi
Privacy Policy  -  Contact  -  RSS Feeds  -  Search  -  Submissions  -  Subscribe  -  About Ovi